R039Impact de l'analgésie peropératoire guidée par le niveau de nociception sur la consommation d'opioïdes intra et postopératoire en chirurgie gynécologique par laparoscopie sous anesthésie générale

Anesthésie / Douleur
M. Idrissi 1, F. Espitalier 1, ,*M.È. Bélanger 1, V. Brulotte 1, V. Zaphiratos 1, C. Loubert 1, A. Fortier 2, L.P. Fortier 1, N. Godin 1, O. Verdonck 1, P. Richebé 1.
1Département D'anesthésiologie Et Médecine De La Douleur, Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Ciusss De L’est De L’ile De Montreal, Université De Montréal - Montréal (Canada), 2Centre De Coordination Des Essais Cliniques De Montréal (mhicc), Département De Statistiques - Montréal (Canada)

*Auteur(s) correspondant(s).
Adresse email : fabien.espitalier@univ-tours.fr (F.Espitalier)
Conflits d'intérêt

M. Idrissi, F. Espitalier, M-È Bélanger, V. Brulotte, V. Zaphiratos, C. Loubert, A. Fortier, L-P. Fortier, N. Godin, O. Verdonck: aucun; P. Richebé : contrat de recherche avec Medasense Ltd et membre de leur ”scientific advisory board”.


Position du problème et objectif(s) de l’étude

L'index NOL, issu d'un moniteur de nociception (PMD200TM), utilise une approche multiparamétrique (mesure de balance entre système sympathique et parasympathique) pour détecter les stimuli nociceptifs sous anesthésie générale (AG). L’index NOL a démontré une excellente sensibilité et spécificité, s'avérant meilleur que les paramètres cliniques classiquement utilisés (fréquence cardiaque et pression artérielle) pour évaluer la nociception sous AG. Récemment, une forte corrélation entre la réponse du NOL au stimulus nociceptif et la quantité d'opioïde administrée sous AG a été rapportée1. D'autres ont démontré une réduction de 30% des doses peropératoires de rémifentanil grâce au NOL2. Jusqu'à présent, aucune étude n'a évalué en chirurgie gynécologique laparoscopique l'impact du monitorage NOL pour guider l'administration de fentanyl intraveineux (IV) peropératoire sur les consommations d'opioïdes per et postopératoires et les scores de douleur. Ce sont les objectifs de la présente étude.


Matériel et méthodes

70 patientes adultes ASA 1-3 programmées pour une hystérectomie totale par laparoscopie (HTL) ont été randomisées en 2 groupes après consentement libre et éclairé : le groupe contrôle SOC (standard of care) et le groupe d'intervention NOL (utilisation du NOL pour guider l’administration du fentanyl). Soixante-six patientes ont complété l’étude. L'anesthésie a été normalisée pour tous les patients. La profondeur de l'anesthésie (sévoflurane) a été monitorée par BISTM (40 à 60). Le fentanyl IV a été administré en peropératoire en fonction des variations de FC et PAM dans le groupe SOC et de FC+PAM+NOL dans le groupe NOL. Les scores de douleur et les besoins en hydromorphone ont été évalués en salle de réveil et jusqu’à H24.


Résultats & Discussion

L’administration de fentanyl peropératoire a été réduite de 25% dans le groupe NOL par rapport au groupe SOC : 81 ± 24 vs 108 ± 66 μg.h-1, respectivement (p = 0,0325; Fig.1). La consommation d'hydromorphone en salle de réveil et à H24 était diminuée de 20% et 39% dans le groupe NOL par rapport au groupe SOC, sans différence statistiquement significative. Les scores de douleur étaient identiques dans les 2 groupes (Tab.1).

Conclusion

L'analgésie peropératoire guidée par NOL permet une gestion rationalisée des opioïdes se traduisant par une diminution statistiquement significative des doses de fentanyl administrées. La douleur mesurée en postopératoire était identique dans les 2 groupes alors que la consommation moyenne d'opioïdes, bien que statistiquement non significative, était réduite dans le groupe NOL. Ces résultats renforcent l’intérêt clinique du NOL.


Références

1- Renaud-Roy E et al. Can J Anaesth. 2019 Sep;66(9):1049-1061.

2- Meijer  FS et al. Anesthesiology 2019; 130:745–55.


Remerciements

A Medasense Ltd pour son support sous forme de contrat de recherche initié par les investigateurs. Au département d'anesthésiologie de HMR-CEMTL / UdeM.


Figure 1

Tableau 1