R342Facteurs de risque de mortalité dans l’hémorragie sous-arachnoïdienne anévrismale compliquée de vasospasme angiographique : étude rétrospective monocentrique

Réanimation / Urgences
Neuroscience
G. Pisanu 1, A. Jacquens 2, L. Abdennour 2, B. Mathon 3, F. Clarençon 4, L. Puybasset 2, V. Degos 2.
1Service D’anesthésie-Réanimation Pédiatrique Et Obstétricale Hôpital Universitaire Necker-Enfants Malades Ghu Ap-Hp. Centre-Université De Paris - Paris (France), 2Département D'anesthésie-Réanimation Médecine Péri-Opératoire Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Dmu Dream, Aphp-Sorbonne Université - Paris (France), 3Service De Neurochirurgie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Aphp-Sorbonne Université - Paris (France), 4Département De Neuroradiologie Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière Aphp-Sorbonne Université - Paris (France)

Conflits d'intérêt

Aucun.


Position du problème et objectif(s) de l’étude

Le vasospasme après hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) anévrismale est fréquent et associé à une mortalité et morbidité importantes. L’objectif principal de l’étude était de décrire les facteurs de risque de mortalité dans cette population.


Matériel et méthodes

Nous avons conduit une étude rétrospective monocentrique sur 468 patients hospitalisés entre 2002 et 2019 pour une HSA anévrismale compliquée de vasospasme diagnostiqué à l’angiographie cérébrale. Le critère d’évaluation principal était la mortalité en réanimation. Nous avons réalisé une analyse multivariée par régression logistique par paliers pour identifier les variables associées à la mortalité en réanimation. A partir des facteurs de risque de mortalité, nous avons développé un score prédictif de mortalité et nous l’avons comparé au score de Glasgow (GCS), au score de la World Federation of Neurosurgical Societies (WFNS) et au score de Fisher modifié. Les données sont présentées en moyenne (±écart type), en médiane [IQR] ou en nombre d’effectifs (%).


Résultats & Discussion

L'âge des patients était de 49 (±12) ans et 32% des patients étaient de sexe masculin. Le GCS initial était 14 [10-15], le score WFNS était 2 [1-4] et le score de Fisher modifié était 4 [3-4]. La mortalité en réanimation était de 17,1%. Nous avons retrouvé six facteurs de risque indépendamment associés à la mortalité en réanimation à l’analyse multivariée : le GCS (p<0,001), les complications pendant la sécurisation de l’anévrisme (p=0,012), la présence d’une dérivation ventriculaire externe (p=0,02), l’inefficacité du traitement du vasospasme par chimiodilatation intra-artérielle (p<0,001), l’ischémie cérébrale retardée (p<0,001) et l’hypertension intracrânienne (p<0,004). Le score prédictif de mortalité est presenté dans le tableau 1. L’aire sous la courbe ROC de notre score était de 0,87 (IC95% : 0,83-0,91) et était significativement plus élevée que celle du GCS, du WFNS et du score de Fisher modifié pour prédire la mortalité en réanimation (p<0,001) (figure 1).


Conclusion

Les patients avec HSA anévrismale compliquée de vasospasme angiographique présentent des facteurs de risque spécifiques de mortalité en réanimation. Le score prédictif de mortalité devra être validé sur une cohorte externe.


Références

1. Macdonald RL, Schweizer TA. Spontaneous subarachnoid haemorrhage. The Lancet 2017; 389: 655–66

2. Macdonald RL. Delayed neurological deterioration after subarachnoid haemorrhage. Nat Rev Neurol 2014; 10: 44–58

3. Steiner T, Juvela S, Unterberg A, Jung C, Forsting M, Rinkel G. European Stroke Organization Guidelines for the Management of Intracranial Aneurysms and Subarachnoid Haemorrhage. Cerebrovasc Dis 2013; 35: 93–112


Remerciements

Tableau 1

Figure 1