R032Évolution des lésions cérébrales globales et cérébelleuses à l’IRM en tenseur de diffusion dans le suivi à long terme après traumatisme crânien grave

Réanimation / Urgences
Neuroscience
B. Perret-Liaudet 1, A. Jacquens 1, G. Torkomian 1, J. Urung 2, D. Cassereau 2, V. Perlbarg 2, L. Puybasset 1, V. Degos 1.
1Hopital Pitié-Salpêtrière - Paris (France), 2Laboratoire D'imagerie Biomédicale - Paris (France)

Conflits d'intérêt

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d’intérêt.


Position du problème et objectif(s) de l’étude

Suite à un traumatisme crânien (TC) grave, se développent des lésions cérébrales tertiaires caractérisées par une atrophie cérébrale et des lésions de la substance blanche (SB) visibles en IRM avec tenseur de diffusion (TDI). A ce jour peu d’études se sont intéressées à l’impact du TC sur le cervelet. L’objectif de ce travail était d’étudier l’évolution à long terme des lésions cérébrales post-traumatisme crânien grave, sus-tentorielles et cérébelleuses, par IRM-TDI.


Matériel et méthodes

Cette étude observationnelle, rétrospective, a été réalisée sur une cohorte de 17 patients traumatisés crâniens graves ayant bénéficié de 3 IRM-TDI jusqu’à 10 ans après le TC. Les volumes recueillis étaient le volume cérébral et cérébelleux global ainsi que des volumes régionaux sus-tentoriels et cérébelleux (lobe antérieur et lobe postérieur/flocculonodulaire). Les marqueurs en TDI étudiés étaient la diffusibilité moyenne (MD) et la fraction d’anisotropie (FA). Les données étaient normalisées par rapport à un groupe de sujets sains. L’évolution des données était étudiée en prenant pour référence la première IRM en réanimation. Les données étaient comparées à celles d’un groupe contrôle et 4 périodes de suivi étaient individualisées : période de référence (groupe contrôle), en réanimation, 1 à 5 ans, et 5 à 10 ans post-TC.


Résultats & Discussion

De 2006 à 2012, 17 sujets avec TC grave ont été inclus pour une médiane de suivi de 7 ans. L’âge médian des sujets était de 28,3 ans et le score de Glasgow initial médian de 7.
 L’évolution des lésions sus-tentorielles suivait un schéma biphasique avec une atrophie et une altération microarchitecturale de la SB (hausse de la MD, baisse de la FA), dès la réanimation et s’aggravant pendant 5 ans (p<0,05), suivie d’un plateau. Les lésions cérébelleuses, en particulier du lobe antérieur et du pédoncule cérébelleux moyen, présentaient une évolution différente avec également une atteinte dès la réanimation (p<0,05) suivie néanmoins d’une stabilisation précoce au décours de la phase aiguë sans aggravation dans les 10 ans après le TC.


Conclusion

L’évolution des lésions post-traumatiques cérébelleuses semble différer de celles des lésions sus-tentorielles avec notamment une rapidité d’évolution plus lente voir une stabilisation. Au vu de ces résultats, l’expression clinique de ces anomalies radiologiques serait une perspective intéressante à explorer.


Références

Remerciements