R100L’imagerie par résonance magnétique multimodale dans l’évaluation du pronostic après un traumatisme crânien

Réanimation / Urgences
Neuroscience
M. Halter 1, V. Degos 1, M. Pelegrini-Issac 1, L. Puybasset 1, A. Jacquens 1, G. Torkomian 1, E. Bayen 1, D. Galanaud 1, V. Perlbarg 1.
1Hôpital Pitié Salpétrière - Paris (France)

Conflits d'intérêt

Aucun


Position du problème et objectif(s) de l’étude

Le traumatisme crânien (TC) est un problème majeur de santé publique en raison de sa fréquence élevée et de sa gravité en terme de mortalité et de handicap séquellaire compromettant une réinsertion socio-professionnelle de qualité. L’objectif principal de l’étude était de démontrer que la connectivité cérébrale, évaluée par l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) au repos, était impliquée dans le devenir neurologique fonctionnel apprécié par l’échelle Glasgow Outcome Scale Extended (GOS-E) après un traumatisme crânien. 


Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique réalisée à l’hôpital Pitié-Salpêtrière. Les patients hospitalisés après un traumatisme crânien en réanimation neurochirurgicale avec un suivi à long terme et une IRMf ont été inclus. L’imagerie par résonance magnétique comprenait une évaluation du volume cérébral, de l’intégrité de la substance blanche par IRM en tenseur de diffusion et de la connectivité fonctionnelle inter-hémisphérique et intra-hémisphérique mesurées au niveau du splénium du corps calleux. Le critère de jugement principal était le devenir neurologique à cinq ans évalué par l’échelle GOS-E. 


Résultats & Discussion

Soixante-quatorze patients ont été inclus. Dix patients avaient un pronostic défavorable (GOS-E 3-4), 42 avaient un pronostic intermédiaire (GOS-E 5-6) et 22 avaient une bonne récupération (GOS-E 7-8). La connectivité intra-hémisphérique mesurée au niveau du splénium du corps calleux et évaluée par une IRM fonctionnelle au repos était associée au devenir fonctionnel apprécié par la GOS-E (OR=0.66 IC95%=[0.45 - 0.98] p=0.041). La connectivité intra-hémisphérique dans la population des traumatisés crâniens était augmentée par rapport à la population témoin, et permettait de discriminer la population avec un pronostic intermédiaire mais n’était pas associée aux éléments pronostiques précoces de la prise en charge.


Conclusion

Le traumatisme crânien est associé à une connectivité structurelle et fonctionnelle modifiée caractérisé par une diminution de l’intégrité des voies de la substance blanche et un déséquilibre des réseaux fonctionnels qui conduisent à des troubles cognitifs à long terme. Les recherches futures devraient se poursuivre dans le cadre du traumatisme crânien en tant que troubles qui interagit avec les systèmes neuronaux tout au long de la vie créant potentiellement de nouvelles complications et nécessitant une surveillance et une réhabilitation prolongée à long terme.

 


Références

Remerciements