R035Effet du genre de l’anesthésiste-réanimateur sur la survie des traumatisés graves en choc hémorragique : étude rétrospective au « déchocage » chirurgical du CHU de Lille

Traumatologie / Urgences
Hémostase / Transfusion
N. Bardyn 1, M. Belot 1, A. Godier 2, M. Bacus 1, D. Garrigue 1, B. Tavernier 1.
1Hopital Roger Salengro - Lille (France), 2Hopital Européen Georges Pompidou - Paris (France)

Conflits d'intérêt

Aucun conflit d'intérêt n'était à déclarer. 


Position du problème et objectif(s) de l’étude

La place des femmes dans le monde médical est grandissante, avec néanmoins une persistance des disparités et inégalités socio-professionnelles [1]. La diversité dans le milieu médical engendre une meilleure prise en charge globale des patients [2]. Des études ont montré que le sexe féminin du praticien était corrélé à une morbi-mortalité moins importante notamment dans la prise en charge de l’arrêt cardiaque [3]. L’objectif principal de cette étude était la recherche d’une relation entre genre de l’anesthésiste-réanimateur trauma-leader et survie du patient traumatisé en choc hémorragique. Les objectifs secondaires étaient de mesurer l’impact du genre du médecin, de l'expérience du praticien, de son appartenance au Service et de l’horaire d’admission du patient sur l’adhésion aux recommandations et la survie à H24. 


Matériel et méthodes

Étude observationnelle, rétrospective, monocentrique, réalisée sur une période de mai 2010 à avril 2019 dans le Service d’urgence d’un CHU. Étaient inclus les patients traumatisés en choc hémorragique (plus de 6 CGR dans les 24 premières heures). Pour chaque item des recommandations européennes pour la prise en charge du choc hémorragique l’adhésion (oui/non ou non applicable) était évaluée. L’influence du genre et de l’expérience du médecin ainsi que la temporalité d’admission du patient (1) sur l’adhésion à ces recommandations et (2) la mortalité précoce (H24) a été analysée. Les comparaisons portant sur la survie ont utilisé le test du Chi2. Le test U de Mann-Whitney a été utilisé pour l’analyse de l’adhésion aux recommandations. 


Résultats & Discussion

Un total de 275 dossiers-patients ont été analysés. Le taux de recommandations respectées était supérieur pour les patients vivants à 24 heures (79±12 % vs 67±13 % pour les patients décédés ; p<0,001). Le taux de respect des recommandations par les praticiens de genre féminin était supérieur (79±13% vs 75±13% pour les hommes ; p=0,0078). Aucun autre des critères étudiés (expérience, horaire et période d’admission, appartenance au Service) n’avait d’impact sur l’adhésion aux recommandations. La survie des patients n’était pas influée par le genre du trauma-leader.


Conclusion

L’adhésion aux recommandations européennes était associée de manière significative avec la survie. Les anesthésistes-réanimateurs de genre féminin respectaient plus les recommandations sans que la différence impacte la mortalité dans cette population. L’homogénéité des prises en charge étaient probablement facilitée par un travail en équipe et des formations régulières, pouvant expliquer le respect globalement élevé des recommandations.


Références

[1]        Godier A, Nouette-Gaulain K, Cittanova M-L, Beloeil H, Paugam-Burtz C, Lukaszewicz A-C. Women in Anaesthesia and Intensive Care Medicine in France: Are we making any progress? Anaesth Crit Care Pain Med 2020;39:507–11.

[2]        Cooper-Patrick L. Race, Gender, and Partnership in the Patient-Physician Relationship. JAMA 1999;282:583.

[3]        Tsugawa Y, Jena AB, Figueroa JF, Orav EJ, Blumenthal DM, Jha AK. Comparison of Hospital Mortality and Readmission Rates for Medicare Patients Treated by Male vs Female Physicians. JAMA Intern Med 2017;177:206.


Remerciements